La beauté

Les règles concernant la maternité

Les critères qui caractérisent la beauté ont évolué au cours des différentes époques.
La beauté n'est pas une notion purement objective, la beauté à une forte connotation subjective. Les médias, la mode, les tendances du moment définissent les contours de la beauté. Il existe, heureusement différentes formes de beauté. Mais, il y a cependant un domaine ou les critères de la beauté semble unanime: Celui de la minceur.

La recherche de la beauté minceur à tout prix caractérise la quête des femmes d'aujourd'hui.
Notre société tourne autour de cette recherche de la beauté: On trouve des salons de beauté, des crèmes de beauté, des produits beauté, des conseils beauté, des livres sur la beauté...
Dans le même esprit, la beauté représentée par une silhouette minceur est omniprésente.
Mais je vous parle ici de silhouette minceur alors que la société raisonne principalement pour les critères beauté/minceur en rapport poids/taille. Ce critère réducteur n'est en fait pas du tout objectif.

A ce sujet, je vous propose un extrait de l'ouvrage Pacte-minceur sur cette notion qui doit être remplacée par ce qui permet vraiment à une femme d'être belle: Etre bien dans sa tête et dans son corps en étant ferme et tonique car un kilogramme de muscle est plus dense qu'un kilogramme de graisse. Posséder une silhouette minceur ferme et tonique devrait être l'objectif premier de chaque candidat à la minceur.

Extrait de l'ouvrage :

"Mais avant de s’engager dans une aventure, encore faut-il se fixer un objectif, avoir un but bien précis. Tu vas peut-être signer au terme de cet ouvrage un contrat avec toi-même qui devra être le plus réaliste possible dans les résultats et dans les délais.
Ce sera à toi seule de décider quel objectif tu souhaites atteindre. Tu comprendras que le poids sur la balance n’est qu’un critère parmi d’autre. La ligne est une notion souvent occultée des livres de régimes ou autres recettes miracles. Nous sortirons ensemble, je l’espère de ce que je qualifierai du diktat de la balance.
Il faudra pour atteindre ton objectif, te fixer un programme avec des paliers progressifs et surtout toujours garder à l’esprit que pour avoir un résultat durable il faut s’armer de patience.
Car si tu vas trop vite, le yo-yo te guette et avec lui une prise graisseuse supérieure à la précédente. Un véritable cercle vicieux dont je sais que beaucoup d’entre vous connaissent les moindres méandres car je devine que tu n’en es sûrement pas à ton premier régime.
Mais ici, il ne s’agit surtout pas de régime. Tu vas t’efforcer de retrouver les saveurs, le plaisir de manger et réapprendre à être à l’écoute de ton corps. Bannis maintenant ce terme de régime et répète à voix haute plusieurs fois : je ne suis plus au régime, je veux réapprendre à manger de façon équilibrée et sentir mon corps.
Voyons maintenant pourquoi la notion de poids est une notion sans réel intérêt et sortons ainsi du diktat de la balance.
Il est certain que la recherche du corps « idéal » nous est propre car si certains souhaitent grossir alors qu’ils ont un poids dit normal, d’autres veulent à tout prix maigrir alors que leur santé est déjà en danger. La médiatisation excessive des canons de notre société n’est pas là pour arranger les choses. Les repaires évoluent en fonction des époques, des modes, des publicités, des revues, des films. Nous sommes poussés à être de plus en plus performants, compétitifs et l’apparence physique est devenue un reflet réducteur de ces capacités. Avoir un corps parfait est devenu dans de nombreux domaines une exigence.
Nous avons mis en avant la notion de poids comme étant un outil de sélection non écrit mais malheureusement trop effectif. Tous les recueils, livres et articles parlent de rééquilibrage pondéral avec comme unique critère les kilogrammes perdus sur la balance. C’est une vision extrêmement simpliste et réductrice.
Le poids que tu affiches sur la balance ne te donne en fait qu’un critère certes objectif mais simplifié de ton corps : squelette, muscles, viscères, eau et graisse ne sont généralement (sur ta balance traditionnelle) pas détaillés.
Ce qui te préoccupe quand tu perds du poids est, à mon avis, ton taux de masse graisseuse. En effet, perdre de l’eau, que tu récupèreras après avoir bu, perdre du muscle que tu ne récupèreras qu’après de long effort n’a aucun intérêt.

La véritable question est de déterminer ta masse grasse car elle seule est responsable de ton surpoids et finalement de ta ligne. C’est sur celle-ci que nous allons principalement travailler pour la faire fondre le plus rapidement possible. Il est important de noter que l’homme et la femme ne sont génétiquement pas égaux en ce qui concerne le taux de masse graisseuse. La femme possède de plus grandes réserves : 20 à 25 % du poids total (pour la maternité) alors que l’homme se contente de 10 à 15 % du poids total le reste étant composé de muscle (pour la chasse).
Il est aujourd’hui possible avec différentes techniques d’avoir un détail plus précis des composants de ton corps et particulièrement de ton taux de masse graisseuse.
Si tu as les moyens financiers, Il existe des modèles de balance qui permettent de calculer ton pourcentage de masse graisseuse. Je te conseille alors d’oublier la notion de poids, trop réductrice et imparfaite, pour t’intéresser uniquement à l’évolution de ton taux de graisse.
Si tu ne souhaites pas effectuer de dépenses exagérées, tu as la possibilité de te munir d’un mètre de couturière et te mesurer à différents endroits pour comparer tes résultats en fonction de tes progrès. (Ce que nous ferons ensemble pendant le Coaching en ligne sur www.pacte-minceur.com).
Une autre technique simple permet aussi de modéliser ton pourcentage de masse graisseuse.
Il s’agit là de la mesure des plis cutanés. Pour la réaliser, il suffit de prendre ton abdomen ou ta taille. Si tu réussis à pincer plus de deux centimètres, c’est que tu as une surcharge graisseuse.
Comme tu peux le constater, les données mathématiques te permettent de te faire une idée grossière du poids qui devrait être idéal mais ne tient pas compte de ta morphologie. Ces données mathématiques ne te satisfont certainement pas. Ce qui te préoccupe est de perdre plusieurs tailles pour pouvoir rentrer dans ton vieux pantalon.
Cela tombe bien, car en ce qui nous concerne nous allons plutôt nous occuper de ta taille. Que ce soit la taille de tes hanches, des plis cutanées que tu as autour des bras, de ton ventre. Je rappelle ici, mais tu le sais, que les femmes prennent plutôt dans les hanches, les fessiers et les cuisses (culotte de cheval) et les hommes prennent plutôt sur le ventre.
Nous allons nous intéresser à ta silhouette. Nous allons réduire tes réserves adipeuses et faire fondre tes cellules graisseuses (adipocyte).
Tu comprendras alors que ce que je qualifie de diktat de la balance ne sera plus d’actualité dans ton pacte avec toi-même car pour t’aider à brûler cette masse graisseuse nous allons fabriquer ensemble un peu de masse maigre ou plus précisément du muscle, au détriment de ta masse adipeuse.
Nous verrons que ce muscle va t’aider à éliminer ta masse graisseuse et ceux même lorsque tu dors.
Maigrir en dormant ; le rêve serait-il à portée de main ? Tu vas exaucer ce vœu, mais au préalable, tu devras faire quelques efforts qui deviendront rapidement que des moments de plaisir et de bonheur (logiquement, tu ne peux que douter au sujet de cette affirmation mais ici, tu dois encore me faire confiance).
La vitesse de perte de ta masse graisseuse ne sera pas la même que lors de certains régimes où il est souvent question uniquement de perte de poids rapide ; tu t’efforceras de conserver au mieux ta masse maigre tout en diminuant au maximum tes réserves adipeuses.
Tu vas d’abord perdre ce qui ne se voit pas. Nous finirons par les fessiers, les hanches et le ventre en dernier. Nous commencerons en fait par tes organes vitaux (en premier lieu ton cœur), car si la graisse se repartie d’abord sous la peau (environ 50 %), une autre partie sert au soutien des viscères (graisse profonde) et le reste constitue une réserve d’énergie.
Malheureusement nous ne fondons pas là où nous le désirons. Nous perdons toujours au début par ce qui se voit le moins, mais qui se ressens le plus. Et tu verras que bien sentir son corps est une sensation plus qu’agréable.
Plus tu percevras ton corps, plus tu vivras en harmonie avec lui et plus ta silhouette se modifiera.
Alors oublie tout de suite ce critère, érigé en dogme, qui est le poids sur la balance pour te focaliser uniquement sur ton tour de taille, hanche, bras, cuisse et ventre." Fin de l'extrait.